Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 15:52

Tempête sous un crâne

 

affiche-take-shelter.jpghttp://nicolasfurno.com/files/planc/50.png

La déchéance mentale d'un homme persuadé de voir des tornades lui venir dessus vient briser un équilibre familial si cher aux américains. Jeff Nichols, premier héritier de Malick, réalise un chef-d’œuvre.

 

Comment la famille peut-elle à la fois sauver et faire sombrer des êtres dans les limbes de la paranoïa ? A cette question, Jeff Nichols (Shotgun Stories)  y répond par un tour de force de près de deux heures. Take Shelter s'efforce d'ébranler la valeur refuge reine des U.S.A. : la famille. Dans la vie de Curtis, tout devrait aller pour le mieux. Il a une maison, un travail, une épouse merveilleuse, une petite fille Hanna et un chien. Sans que l'on sache vraiment pourquoi, Curtis se met à voir des orages déferler sur son petit cocon. Des intempéries prémisses de tornades. Le cauchemar de la catastrophe naturelle vient en écho aux souffrances récentes de l'Amérique, peut-être encore plus marquée par le cataclysme Katrina et l'incompétence des services publics que par les tragédies terroristes. L'extériorisation des peurs de Curtis est en fait une exploration de la paranoïa. Et comme toute incursion dans le fantastique, difficile de démêler le vrai du faux.

 

article take shelter

Première victime de ces hallucinations : la famille. Le chien se retrouve en enclos après un rêve où celui-ci mordait son maître. La figure du canin mis au ban n'a rien d'anodin dans un pays où il symbolise la stabilité. L’abri anti-tornade devient une obsession de tous les instants. Michael Shannon, encore impressionnant, sue sang et eau pour faire bonne figure en public. Le délitement de son comportement a des répercutions sur son travail, sur ses amitiés et sur son couple. Il est pourtant un père de famille tendre, en dépit d'un regard noir. L'incarnation maternelle de Jessica Chastain/ Samantha évoque plus la douceur, l'amour sans concession et l'envie de vivre dans son cocon sans se fermer aux autres. La peau blanche reflète les ondulations rousses de sa chevelure pour créer un éclat de couleur dans un quotidien de plus en plus noir. Le nuage orageux au dessus de Shannon peut encore s'effacer face à l'éclaircie Chastain.

 

article-take-shelter-2.jpg

La primauté du geste

 

Tout dans Take Shelter se transmet par le geste. Le plus évident vient du langage des signes. La petite fille, sourde, ne communique que par ce moyen. C'est naturel pour la mère, soucieuse de bien assimiler cette langue. L'apprentissage est plus douloureux chez le père, sauf quand il s'agit de dire « je t'aime ». A ce moment là, toute la bonté de Curtis s'exprime. Comment ne pas trouver magnifique cet extrait où le couple chuchote pour ne pas réveiller la gamine alors que celle-ci ne peut les entendre. C'est encore le geste qui compte. Ils se comportent en parents responsables, peu importe l'utilité de la chose. Leur mode de vie s’organise en fonction d'Hanna. Samantha reste femme au foyer, vend quelques bouts de tissus pour compléter les revenus et veille en continu sur sa fille.

 

article-take-shelter-3.jpg

Jeff Nichols est souvent considéré comme le premier héritier de Malick. Sa propension à rendre le geste plus important que le reste en témoigne. On pourrait trouver autant de force dans la protection parentale du héros de Take Shelter et dans le comportement viril mais bienveillant du père de Tree of Life. L'explosion de colère soudaine de Curtis constitue peut-être la scène la plus forte de l'année. La masse de nerf en contrôle vole en éclat et détruit tout ce qui le reliait encore au monde censé. Le passage est impressionnant. Par un simple mouvement de colère où il renverse une table, Michael Shannon livre une performance d'acteur étourdissante qui laisse tout le monde bouche bée. Sa voix résonne telle celle d'un dragon menaçant un royaume. Autre héritage du cinéaste texan : la capacité à donner sens à des cadres en contre-plongée. L'inquiétude n'en est que plus palpable. Le regard vers les cieux prend encore plus de sens. Les nuages sombres nous pèsent littéralement sur les épaules.

 

article-take-shelter-4.jpg

La dégringolade mentale passe aussi par ce travail de cadrage. Celui d'une caméra étouffante, ne laissant jamais d'air au dessus des visages. Aucune respiration n'est possible. L'ajout de la musique anxiogène insémine un mal-être grandissant. L'espace américain devient un territoire des dangers. Le ciel bleu ne peut plus rassurer. Hanna, isolée, apparaît par instants comme une figure de film de maison hantée. Elle qui respire pourtant l’innocence, elle qui ne fait qu'attendre un appareil auditif alors que son père gâche tout, devient l'élément nodal du basculement psychique des personnages. Son mutisme confère encore à l'étrangeté de la situation. Curtis mène une double lutte expiatoire. Il consulte une psy pour chercher un héritage maternel de ses troubles mais se terre dans son abri. La cage de ferraille devrait protéger les êtres qu'il aime quand elle ne fait que plonger dans le désarroi les gens qui le regarde.

 

Le final, incroyablement malin tant on peut s'amuser à l'interpréter différemment, vient mettre à mal les rares certitudes que nous avions. Seuls la musique et les ressorts les plus sensoriels gardent du crédit. Take Shelter brise l'idée qu'il vaut mieux suivre le rationnel scientifique au détriment du ressenti. L'échappatoire psychique n'a guère d'emprise face à des considérations plus envahissantes. Là encore, dans une dynamique toute malickienne, Jeff Nichols parle de la Terre dans ce qu'elle a de plus imperceptible. Tous aux abris !

 

Take Shelter, de Jeff Nichols, avec Michael Shannon, Jessica Chastain, Tova Stewart (U.S.A., 1h55, 2011)

 

Sortie le 7 décembre

 

La bande-annonce de Take Shelter :

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexandre mathis - dans sortie en 2011
commenter cet article

commentaires

RenSarr 06/01/2012 16:26


Je l'attends depuis Cannes 2011 et ça y est. J'ai enfin vu Take Shelter. Pas dèçu pour un sous, je ressors de la séance enchanté. Ma seule crainte, c'est d'avoir déjà vu le meilleur film de 2012.


Je mettrais un petit bémol sur la mise en scène. Si on peut faire le rapprochement avec Malick, Nichols affiche moins de maitrise formel. Je pense particulièrement à la scène où Curtis se
confesse à Samantha pour lui avouer ses rêves. Le tout est tourné dans un champ/contre-champ quasi basique. L'émotion se fait à peine ressentir ou alors c'est moi, qui aime trop les plans
séquences.


Je sais que tu as deserté le site, mais je tenais à lire ta critique, vu que j'attends tjs d'avoir vu un film pour ça. Bonne continuation !

jujulcactus 24/09/2011 09:04



Il a l'air juste énorme !! Les récompenses sont nombreuses, les critiques très bonnes à l'image de la tienne, je suis bien impatient ...



alexandre mathis 25/09/2011 16:46



c'est un très grand film, en tout cas je trouve. j'espère que l'attente qu'il sucite ne créera pas de deception à l'arrivée.



mymp 22/09/2011 20:11



Je l'avais raté en juin à la Cinémathèque, et j'avais tellement envie de le voir... Ce film a l'air d'aller si loin dans la psyché de cet homme (Shannon, quand même un grand désormais), dans son
désarroi. J'espère juste qu'il y a de l'action comme dans Twister ! Moi les vaches et les maisons qui volent, j'adore ça !



alexandre mathis 23/09/2011 10:06



Alors non il 'y a pas de vache qui vole (j'avoue que c'est kiffant ça). ça joue dans un autre registre. l'action prend une autre forme. Il y a une forme de tension, de suspense même par moments.
Shannon est immense.



Présentation

  • : Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • : Qu'ils viennent de sortir en salles ou qu'ils fassent partie de la légende, tous les films risquent un jour de passer à la moulinette de l'incorruptible critique de ce blog.
  • Contact

Twitter/ Facebook

Plan-c : critiques cinéma d'hier et d'aujourd'hui   

Faites également la promotion de votre Page

Graduation

http://nicolasfurno.com/files/planc/00.png A fuir !

http://nicolasfurno.com/files/planc/05.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/10.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/15.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/20.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/25.png Pas Mal.

http://nicolasfurno.com/files/planc/30.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/35.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/45.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/50.png Indispensable !

Le film d'Octobre

affiche drive

Dans l'actu

Bientôt au cinéma :

affiche contagion affiche l'ordre et la morale affiche take shelter

 

Récemment sortis :

affiche les géants affiche les marches du pouvoir affiche l'exercice de l'état affiche intouchables affiche poulet aux prunes affiche la couleur des sentiments affiche tintin affiche the artist affiche drive affiche le skylab affiche dream house affiche les hommes libres affiche alice affiche l'apollonide affiche la nouvelle guerre des boutons affiche restless affiche la guerre des boutons affiche crazy stupid love affiche warrior affiche carré blanc affiche présumé coupable affiche putty hill affiche la grotte des rêves perdus affiche la guerre est déclarée affiche blackthorn affiche cowboys & envahisseurs affiche la piel que habito affiche captain america affiche melancholia affiche la planète des singes les origines affiche mes meilleures amies affiche green lantern affiche super 8 affiche une vie tranquille