Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 15:21

L'arbre de la mort*

 

affiche-melancholia.jpghttp://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

Le ballet macabre du choc de deux planètes donne à Lars Von Trier l'occasion de montrer sa vision lyrique et nihiliste d'une humanité témoin de ses dernières heures. Paradoxalement le plus lumineux des films du danois.

 

L'univers en continuelle expansion compte quelques millions de galaxies, elles-mêmes ayant des myriades d'étoiles. Les planètes, plus ou moins semblables à la nôtre, gravitent et laissent ces pauvres êtres que sont les Hommes dans un espoir de vie extra-terrestre. Plutôt que de se faire croiser les vivants, Lars Von Trier, personnage au regard sombre, préfère le choc des planètes. Il émet l'hypothèse d'un astre en collision avec la Terre sonnant son glas. Melancholia, c'est son nom, brûle d'un bleu aussi resplendissant qu'inquiétant. Le film commence par cette fin du monde épique sur les notes de Richard Wagner. L'utilisation de segments de Tristan et Isolde célèbre la danse macabre entre les deux planètes. Un jeu d'attraction destructeur plus troublant dans ses moments de repos -la musique revient tel un thème récurrent- que dans l'explosion des cordes.

 

article-melancholia.jpg

C'est par le travail du son que Melancholia transcende pourtant la simple carte postale cataclysmique. Avec le 5.1 et la saturation des effets, LVT par deux fois fait entrer en collision le spectateur, en phase avec la mort, et la planète. Les images du cosmos, regard modeste du terrien observateur, rappelle l'autre grand film de Cannes. Terrence Malick et Lars Von Trier incarnent le Ying et le Yang de l'univers au cinéma en 2011. Le réalisateur de The Tree of Life en serait la partie claire, avec cette pointe de noirceur issue du deuil. Le danois plus pessimiste apporte un sujet entièrement mortifère. Pourtant, chose presque unique chez lui, cette fin du monde offre des moments lumineux, presque apaisés, bien loin des images de films catastrophes habituels. Dans ces deux films se portent un regard d'Homme impuissant. L'arbre de vie montrait une évolution darwinienne où le regard contemple le passé. Melancholia aborde le nihilisme et les dernières heures de l'humanité. Un monde sans lendemain où son héroïne est persuadée qu'il n'y a pas de vie ailleurs.

 

article melancholia 2

Justine sous ses atours de femmes encore écrasée par les insupportables postures de Von Trier se révèle le personnage le plus intéressant de toute la carrière du cinéaste. Pour la première fois, une femme ne porte pas tout le malheur du monde. Masculin et féminin se conjuguent ensemble devant l'impuissance. Pis, Justine semble la seule sereine face à l'inéluctable dénouement. La première partie du film fait pourtant craindre le contraire. Lors d'un mariage cauchemardesque, elle détruit se qui devrait être le plus beau jour de sa vie. Von Trier a toujours transmis son mental de dépressif aux actrices qui l'entoure, d'Emily Watson (Breaking The Waves) à Charlotte Gainsbourg (Antichrist). Cette dernière incarne Claire, une sœur en contrepoint à Justine/Kristen Dunst. A savoir une pragmatique de la vie mais dépassée par la suite des évènements. Cette longue partie sur le mariage n'est pas sans défaut. On saisit mal une partie des ellipses et les cadres très serrés en mouvement perpétuel captent un peu tout et n'importe quoi.

 

article-melancholia-3.jpg

A la lumière de la seconde partie, ce choix devient plus limpide. Au bouillonnement vain des célébrations succède un ballet lent et inexorable. La vitesse astronomique de la planète apparaît douce au regard humain. Une poésie se dégage même de la cohabitation entre Melancholia et la Lune lors d'un plan surréaliste. Les étoiles vues depuis notre ciel sont souvent déjà mortes. Les années lumières qui nous séparent d'elles offrent des images datant parfois de plusieurs millions d'années. Avec Von Trier, le cosmique devient immédiat. La science désemparée se personnifie en John, alias Keifer Sutherland. L'éternel héros de la série 24h chrono n'a rien du sauveur.

 

article-melancholia-4.jpg

Le pari rappelle Luis Buñuel et son L'ange exterminateur. Personne ne partira, tout le monde fait face. Les atours peu glorieux des personnalités s'affirment, des rivalités des parents John Hurt et Charlotte Rampling à la perte de sang-froid d'une mère qui se demande où grandira son fils. L'atmosphère étouffante du château se fait d'autant plus ressentir que les jeux chromatiques proches du marron-jaune ne laissent guère la lumière prendre sa place. Les instants les plus éclatants interviennent quand l'atmosphère apporte la neige à un jardin fleuri. Les tableaux du premier quart-d'heure forment un préambule autant qu'une sentence. On y retrouve la seule qualité d'Antichrist avec ces images aux ralentis envoutants. Les forces telluriques engloutissent le monde des vivants, les éléments aériens s'asphyxient devant la charge de l'autre planète bleue. Lars Von Trier se dit tiré de la dépression. Un peu comme Justine, personne digne devant la fin du monde, témoin plus intelligent que les autres. Il y a quelque chose de la flagellation catholique dans le chemin de croix que vivent les humains. Loin d'atteindre la perfection, notamment en terme d'émotion pour les personnages, Melancholia impressionne néanmoins par la mort qui nous arrive en face. Tel les grands maîtres du lyrisme en musique (on en revient à Wagner entres autres), Lars Von Trier se positionne en parangon du drame nihiliste et pictural. 2011, année cosmique.

 

Melancholia, de Lars Von Trier, avec Kristen Dunst, Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland (Dan. Sue., Fra. All., It., Esp., 2h10, 2011)

 

*un titre compréhensible pour ceux qui ont vu la fin du film

 

Sortie le 10 août

 

La bande-annonce de Melancholia :

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexandre mathis - dans sortie en 2011
commenter cet article

commentaires

neil 13/08/2011 18:04



Oui bon ça va tu chipotes j'ai juste ripé sur mon clavier lol



Thomas Grascoeur 13/08/2011 17:44



Pas faux !



Thomas Grascoeur 13/08/2011 17:08



C'est vrai, un pendant désespéré au film de Mallick.



alexandre mathis 13/08/2011 17:33



Lars Von Trier est presque un synonyme officiel à "desespéré".



neil 13/08/2011 10:25



C'est un film ambitieux, tout comme le Mallick, son pendant en effet. J'aime la façon dont les deux parties se répondent l'une à l'autre, et ce préambule assez impressionnant.



alexandre mathis 13/08/2011 17:32



le préambule a quelque chose de magnifique tant il est pompier (ce qui ne résonne pas comme un insulte chez moi) (et Malick avec un seul L ;) )



Présentation

  • : Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • : Qu'ils viennent de sortir en salles ou qu'ils fassent partie de la légende, tous les films risquent un jour de passer à la moulinette de l'incorruptible critique de ce blog.
  • Contact

Twitter/ Facebook

Plan-c : critiques cinéma d'hier et d'aujourd'hui   

Faites également la promotion de votre Page

Graduation

http://nicolasfurno.com/files/planc/00.png A fuir !

http://nicolasfurno.com/files/planc/05.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/10.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/15.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/20.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/25.png Pas Mal.

http://nicolasfurno.com/files/planc/30.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/35.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/45.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/50.png Indispensable !

Le film d'Octobre

affiche drive

Dans l'actu

Bientôt au cinéma :

affiche contagion affiche l'ordre et la morale affiche take shelter

 

Récemment sortis :

affiche les géants affiche les marches du pouvoir affiche l'exercice de l'état affiche intouchables affiche poulet aux prunes affiche la couleur des sentiments affiche tintin affiche the artist affiche drive affiche le skylab affiche dream house affiche les hommes libres affiche alice affiche l'apollonide affiche la nouvelle guerre des boutons affiche restless affiche la guerre des boutons affiche crazy stupid love affiche warrior affiche carré blanc affiche présumé coupable affiche putty hill affiche la grotte des rêves perdus affiche la guerre est déclarée affiche blackthorn affiche cowboys & envahisseurs affiche la piel que habito affiche captain america affiche melancholia affiche la planète des singes les origines affiche mes meilleures amies affiche green lantern affiche super 8 affiche une vie tranquille