Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 11:03

Conte drôle et élégiaque

 

affiche-les-geants.jpghttp://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

Trois garçons perdus dans un monde hostile se réfugient dans les grands espaces de la nature pour démarrer une nouvelle vie. Fraîcheur de l'enfance et drôlerie mélancolique, la nouvelle pépite de Bouli Lanners.

 

Le goût du marginal a toujours érigé le cinéma de Bouli Lanners à un statut à part dans le paysage cinématographique. Bien qu'affilié à Kaurismaki ou à ses potes Kervern/ Delépine, le belge joue du basculement du réalisme glauque à la légèreté de l'instant. Ses films débordent de vie. Le succès d'Eldorado en attestait. Les géants vient creuser le sillon. Bercés par l'abandon, les personnages de Bouli Lanners puisent leur force de vivre dans le sourire et l'innocence. Film de vacance (au sens littéral) où la chaleur familiale disparaît, Les géants conforte sur la grandeur d'âme de personnes pas si élevées vers les cimes. Conte social magnifique, le film raconte comment Zak et Seth, frères dont la mère ne donne plus de nouvelle, tentent de s'en sortir. Le troisième larron de l'épopée se nomme Dany, gamin tout aussi mis à l'écart. Son frère brutal ne lui veut pas que du bien. Tel les trois petits cochons, ils se décident alors de faire bouger les lignes en dépit d'un méchant loup.

 

article-les-geants.jpg

Peu à peu, ces enfants comprennent la cruauté adulte. Leur fuite dans la nature rappelle aussi bien Délivrance, Au milieu coule une rivière que La nuit du chasseur. Quand on demande à Bouli Lanners pourquoi les grands espaces étaient aussi importants pour cette histoire, il répond logiquement : « ça ne marchait pas en ville. Déjà car trop de déterminants sociaux entraient en compte. Les voisins se seraient posé des questions par exemple. Et j'avais besoin de cette abstraction de la nature dont je me sens très proche ». Contraste saisissant de voir l'entre-deux âges de ces gamins toujours en mouvement avec le regard élégiaque d'un cinéaste serein, amoureux de la nature. Cela donne des images splendides comme rarement on en voit en Europe. Pour savoir ce qu'il y a au-delà de la rivière, Zak, Seth et Dany doivent s'élever au dessus des adultes, devenir des « Géants ».

 

article-les-geants-2.jpg

Il leur faut d'abord se cloîtrer ; dans une cabane, dans la maison familiale. Puis avaler le bitume, en voiture ou à pied. Et si ces gosses y arrivent, c'est parce qu'ils sont pleins de vie. Le naturel des acteurs est prodigieux. Le réalisateur belge les dirige avec talent mais nul doute qu'il faille saluer la crédibilité de -citons les- Zacharie Chasseriaud, Martin Nissen et Paul Bartel. Le langage est vrai, souvent à tomber de rire. Dans une alternance de situations qui prennent du temps pour se mettre en place et de jeux elliptiques pour illustrer cette fureur de vivre, Les géants croque le présent en prévoyant le futur. Le gros mot n'est plus vulgaire, il aborde plutôt la dureté du conte avec courage. Quand au coin d'un feu, ils se balancent des grossièretés en s'amusant, ils oublient la pluie qui s'abat sur eux. La fuite dans la nature comme exutoire travaille le non-dit. « L'inverse d'un téléfilm, ajoute Lanners. Pour moi, [ce format] tue l'imaginaire et la création car tout doit être dit et répété ». Au surlignage, l'acteur-réalisateur préfère l'évocation par la musique folk, la touche chabrolienne, les silences gênés et l'absurdité des situations typique du cinéma belge.

 

article-les-geants-3.jpg

Les enjeux dépeints ont pourtant de quoi bouleverser. « Le film touche les mamans, certaines me l'ont dit. Le déracinement familial remet en cause la parentalité. Alors non, ça n'est pas ma vie, j'ai eu une enfance très heureuse, mais comme ces mômes, je ressentais le besoin de me réfugier ». Et quand la cabane s'effondre, c'est toute la solidité d'un groupe qui est ébranlée. L'abandon des adultes est tel que ces gamins pourraient en mourir. A ce moment, en dépit du ton toujours mutin, un léger frisson d'effroi traverse l'esprit. En cela, la comparaison avec La Nuit du chasseur n'est pas fortuite. La terreur des Géants n'est pas aussi imposante que Robert Mitchum. Néanmoins, la nécessité de fuir demeure aussi forte. Dans une scène hilarante, les trois garçons se font des teintures blondes. Au-delà du bordel qu'ils foutent, ils se parent de leur peau d'adulte, un peu comme le serpent mue. De ce changement découlera la prise de responsabilité, le besoin de tout effacer et de reprendre à zéro. Les dernières images qu'on ne dévoilera pas laissent libre cours aux esprits optimistes ou pessimistes.

 

Les géants de Bouli Lanners, avec Zacharie Chasseriaud, Martin Nissen, Paul Bartel (Bel., Fra., Lux, 1h25, 2011)

 

Sortie le 2 novembre

 

La bande-annonce de Les Géants :

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexandre mathis - dans sortie en 2011
commenter cet article

commentaires

Raphael Clair 01/11/2011 11:38


Justement le coup de la teinture blonde était assez paradoxal pour moi. La blondeur est associée à la jeunesse. Il faudrait alors l'interpréter comme une sorte de volonté de préserver leur âme
d'enfant tout en devenant adulte...


alexandre mathis 01/11/2011 12:21



tu dis ça parce que les blonds sont vu comme simplet ;) Plus sérieusement, il y a un côté paradoxal oui. Mais ce sont les adultes qui se teignent les cheveux en blond, pas les enfants. Je trouve
que ça donne l'impression qu'ils deviennent grands. C'est plus parce qu'ils le font avec amusement- même inconscience- que cela est subtil.



Présentation

  • : Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • : Qu'ils viennent de sortir en salles ou qu'ils fassent partie de la légende, tous les films risquent un jour de passer à la moulinette de l'incorruptible critique de ce blog.
  • Contact

Twitter/ Facebook

Plan-c : critiques cinéma d'hier et d'aujourd'hui   

Faites également la promotion de votre Page

Graduation

http://nicolasfurno.com/files/planc/00.png A fuir !

http://nicolasfurno.com/files/planc/05.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/10.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/15.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/20.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/25.png Pas Mal.

http://nicolasfurno.com/files/planc/30.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/35.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/45.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/50.png Indispensable !

Le film d'Octobre

affiche drive

Dans l'actu

Bientôt au cinéma :

affiche contagion affiche l'ordre et la morale affiche take shelter

 

Récemment sortis :

affiche les géants affiche les marches du pouvoir affiche l'exercice de l'état affiche intouchables affiche poulet aux prunes affiche la couleur des sentiments affiche tintin affiche the artist affiche drive affiche le skylab affiche dream house affiche les hommes libres affiche alice affiche l'apollonide affiche la nouvelle guerre des boutons affiche restless affiche la guerre des boutons affiche crazy stupid love affiche warrior affiche carré blanc affiche présumé coupable affiche putty hill affiche la grotte des rêves perdus affiche la guerre est déclarée affiche blackthorn affiche cowboys & envahisseurs affiche la piel que habito affiche captain america affiche melancholia affiche la planète des singes les origines affiche mes meilleures amies affiche green lantern affiche super 8 affiche une vie tranquille