Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 21:20

Le Far west comme un calvaire

 

affiche-la-derniere-piste.jpghttp://nicolasfurno.com/files/planc/25.png

Sous son format 1:33 et ses belles images, le quatrième film de Reichardt explore le quotidien étriqué d'aventuriers normaux. Intéressant mais trop théorique.

 

Kelly Reichardt évacue la grandiloquence des hommes de la construction américaine. La plupart de ces gens étaient des rêveurs, près à fonder une utopie sur les bases de la prospérité. Besogneux et un peu fou, ils traversaient rivières, monts et étendues désertiques vers un eldorado pas toujours à la hauteur. Le Western s'évertue à chroniquer le façonnement d'une nation, d'un peuple et de valeurs. La Dernière piste, western fait par une femme (n'est-ce pas la première fois ?) ne prend que le décor et le contexte du genre pour ériger tout autre chose. Reichardt (Old Joy, Wendy & Lucy) resserre l'intrigue sur un petit groupe d'individus. Pas des Clint Eastwood donc puisque son but est de montrer l'entêtement du commun des mortels pour arriver à bon port. La Dernière piste se contente de trois charrettes, comprenez trois familles, en route vers l'horizon.

 

article-la-derniere-piste.jpg

Il n'est pas question d'enchainer les ellipses artificielles façon Les chemins de la liberté. Le film ne cherche pas à montrer l'immensité du parcours mais plus de détruire toute spatialisation. La faute au guide, Meek, sorte de Davy Crockett que l'on dirait sorti d'une série Z. Les colons vont au bout d'eux-mêmes, bien que l'espoir s'amenuise. Leur but premier : trouver de l'eau sous peine d'y rester. John Ford, avec Le convois des braves, explorait déjà cette fougue aussi humaine que titanesque. Il avait aussi pour lui le talent de construire des personnages. Il manque à La dernière Piste du sentiment. L'usure ne se sent que par les longs plans fixes, certes très beaux. Le bruit de la mécanique agrémente le souffle du vent. Les pas lancinants des aventuriers accompagnent l'étendue sans fin de ce désert. On repense à Gerry, bien plus apte à envouter dans le même registre.

 

article-la-derniere-piste-2.jpg

La conquête de l'Ouest comme combat quotidien, voilà la belle idée du long-métrage. Réparer une roue, faire descendre des chariots d'une colline, organiser le tour de garde, autant de tâches qui n'ont rien à voir avec l'héroïsme patriotique. Les grands espaces ne sont jamais glorifiés, pris au piège du format 1:33. Un artifice à moitié convaincant tant cela sent l'hommage à plein nez. Sur le fond, on aurait aimé ressentir plus la soif et la fatigue qui accablent les malheureux. Malgré la chaleur, l'impression de papier glacé anesthésie la force de l'épopée. Le mythe de l'Ouest n'a rien de rabaissé, il est juste illustré mollement. Si l'on excepte un indien tout à fait fascinant, aucun personnage n'a vraiment de fond. Michelle Williams manque de vigueur pour ce rôle de femme forte.

 

article-la-derniere-piste-3.jpg

Son visage colle pourtant parfaitement. Elle s'évertue à charger un fusil, à maintenir le regard. Ses gestes correspondent bien avec l'indien. De cette interaction, le film n'explore que la béatitude d'un groupe qui subit les évènements. Que l'on ne sache pas d'où ces gens viennent, pourquoi pas. Il n'est pas interdit de les illustrer sous leur angle plus psychologique. Si l'on veut rendre tangible une histoire microscopique, il faut lui donner une portée symbolique plus forte. Mais comme en témoigne son final d'une affolante flemmardise, La dernière piste se contente d'ouvrir les yeux, sans donner corps. Un film curieux pas dénué de qualités autant à la recherche d'eau que de charme.

 

La dernière piste, de Kelly Reichart, avec Michelle Williams, Paul Dano, Bruce Greenwood (U.S.A., 1h44, 2011)

 

La bande-annonce de La dernière piste :

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexandre mathis - dans sortie en 2011
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • : Qu'ils viennent de sortir en salles ou qu'ils fassent partie de la légende, tous les films risquent un jour de passer à la moulinette de l'incorruptible critique de ce blog.
  • Contact

Twitter/ Facebook

Plan-c : critiques cinéma d'hier et d'aujourd'hui   

Faites également la promotion de votre Page

Graduation

http://nicolasfurno.com/files/planc/00.png A fuir !

http://nicolasfurno.com/files/planc/05.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/10.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/15.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/20.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/25.png Pas Mal.

http://nicolasfurno.com/files/planc/30.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/35.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/45.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/50.png Indispensable !

Le film d'Octobre

affiche drive

Dans l'actu

Bientôt au cinéma :

affiche contagion affiche l'ordre et la morale affiche take shelter

 

Récemment sortis :

affiche les géants affiche les marches du pouvoir affiche l'exercice de l'état affiche intouchables affiche poulet aux prunes affiche la couleur des sentiments affiche tintin affiche the artist affiche drive affiche le skylab affiche dream house affiche les hommes libres affiche alice affiche l'apollonide affiche la nouvelle guerre des boutons affiche restless affiche la guerre des boutons affiche crazy stupid love affiche warrior affiche carré blanc affiche présumé coupable affiche putty hill affiche la grotte des rêves perdus affiche la guerre est déclarée affiche blackthorn affiche cowboys & envahisseurs affiche la piel que habito affiche captain america affiche melancholia affiche la planète des singes les origines affiche mes meilleures amies affiche green lantern affiche super 8 affiche une vie tranquille