Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 12:41

 http://nicolasfurno.com/files/planc/25.png

 Eric est postier, est paumé dans sa vie et n'a d'yeux que pour son dieu: Eric Cantona. Il l'imagine alors le conseiller. Un film (trop) léger du vieillissant Ken Loach.

 

Ken Loach a toujours aimé s'attacher aux petites gens, à raconter l'histoire tragique du quotidien. Avec Looking for Eric, il delaisse pourtant le côté dramatique pour qu'un vent de légèreté se lève. Eric Bishop a une petite vie de postier tristounette. Il ne gère plus ses deux beaux-fils, ne s'est jamais remis de sa séparation de sa première femme. Le film commence plutot bien ave un portrait naissant d'une angleterre grisonnante, maurose, qui ne cherche la fête et son salut qu'à travers le foot.


Loach imagine alors une thérapie pour son postier (pas Besancenot, son soutien politique officiel). Eric n'admire qu'un homme: Cantona. Pour les cro-magnons qui ne connaitraient pas le « king Eric », disons simplement que c'est l'un des plus grands footballeur de l'histoire, au coeur et à la gueule grande comme ça, et que même si l'on est pas d'accord avec lui, on n'ose pas le dire trop fort. Canto, c'est aussi un accent français du Sud terrible, un sens du spectacle magnifique et l'inspirateur de nombreuses vocations. La nouvelle vocation de ce dernier est le cinéma. Il joue dans ce film son propre personnage imaginé par le postier. Il ne parle que par proverbes, par enigmes. Cantona acteur n'est certes pas aussi génial que le sportif mais il se caricature avec talent et drôlerie (le fameux « I'm not a man, i am Cantona » est déjà culte). Un bon début. Pour tous, Canto n'est que dans l'esprit de Bishop, mais pour ce dernier, il est son conseiller. Avec ce support, il ose changer sa vie.


C'est dans cette deuxième partie du film que Looking for Eric perd pied. Le héros se noie dans une sorte de rédomption christique assez étonnante de la part du réalisateur trotskiste. Ce n'est ni vraiment drôle, ni vraiment touchant. Canto disparaît presque de l'écran au fur et à mesure que Bishop se débrouille par lui même. Pourquoi ne pas parler plus de l'univers social du football, de sa corruption, de sa face sombre. Tout juste est-ce évoqué lors d'une scène où des supporters dans un pub déplorent un Manshester United coupé de son origine ouvrière. On aurait aimé, à la manière des Virtuoses qui comptait la survie de mineurs des années 60 à travers le brass band, un lien plus fort travail/football. Du coup, la dernière demi-heure cherche une issue logique à son histoire sans jamais nous apporter grand chose. Si tous les acteurs sont plutôt bon, on ne retiendra que l'amour sans faille et l'admiration infinie du réalisateur pour le « King Eric ». Mais avait-on besoin d'un film pour le comprendre ?

 

Looking for Eric, de Ken Loach, avec Steve Evets, Eric Cantona, Stephanie Bishop (G.B., Fra., It., Bel., 1h59, 2008)

La Bande-annonce de Looking for Eric ci-dessous:

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Je me devais de réagir sur ce film qui m'a franchement déçu.<br /> J'étais avec une bande de vieux de 45 ans qui ont trouvé ça génial, et moi j'étais le jeunot aigri et jamais content qui était plus que déçu, qui attendait vraiment autre chose. Bien-sûr le film n'est pas centré que sur le foot et Canto, mais quand même, quelle triste constat. Bon je reconnais que ma critique va rejoindre celle de So Foot, mais tant pis. <br /> Alors déjà les prolos toujours gentils, bien propres sur eux ça va deux minutes. Ensuite pour le côté football et passion je m'attendais à autre chose. Putain à côté du poster d'Eric The King, y a la photo de George Best, dans sa chambre celle de Bobby Charlton, même si c'est pas un film sur les légendes de Manchester United ça aurait mérité d'être appuyé, de comprendre le poids des légendes dans l'imaginaire des supporters, 10 ans après pour Canto, 40 pour les autres, et le fait que les addule toujours. Ensuite il y a l'épisode sur les supporters qui arborent les couleurs du F.C Manchester(je vous passe le lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Football_Club_United_of_Manchester ) et ceux qui arborent toujours celles de Manchester United. Le foot business est dénoncé de manière timide, bien timide même.<br /> Ensuite sur le film, ça part en vrille, avec un truc digne d'une série B, des histoires à dormir debout...<br /> Là où le film aurait pu être extraordinaire, on se retrouve finalement avec un film très moyen couleur Canto/prolo .<br /> J'ai une dernière chose à dire concernant le film au moment de sa projection au moment du Festival de Cannes ; ça a été une unanimité sur ce film qui fait peur vraiment
Répondre
A
<br /> une analyse encore plus sévère que la mienne (quand tu aura vu antichrit, je te promet que tu trouvera ce film génial) c'est rare!! ;-)<br /> le film est en effet trop léger, mais bon que Bobby et Georges (je mets leurs prénoms, on est potes) ne soit pas mis en avant ne me hoque pas. pareil pour, les prolos gentils, c'est une vision de<br /> trotskistes mais bon ce n'est pas non plus le sujet du film<br /> en revanche il y avait une mine d'or à faire sur la fece plus ou moins sombre du football (cf: le moyen mais encourageant Holligans).<br /> Et puis cette question importante: que va faire Cantona au ciné quand il sera sorti de son auto-parodie?? Je m'inquiete de cela.<br /> <br /> Sinon juste une remarque pour te préciser que non le film n'a pas fait l'unanimité, même si presonne n'a crié au scandale. Il faut dire qu'il venait de se taper Antichrist (critiqué sur ce blog<br /> demain) et qu'à côté de cette honte cinématographique, le dernier bébé de Loach fait figure de soulagement. mais que c'est poussif..!<br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Critiques cinémas d'hier et d'aujourd'hui
  • : Qu'ils viennent de sortir en salles ou qu'ils fassent partie de la légende, tous les films risquent un jour de passer à la moulinette de l'incorruptible critique de ce blog.
  • Contact

Twitter/ Facebook

Plan-c : critiques cinéma d'hier et d'aujourd'hui   

Faites également la promotion de votre Page

Graduation

http://nicolasfurno.com/files/planc/00.png A fuir !

http://nicolasfurno.com/files/planc/05.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/10.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/15.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/20.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/25.png Pas Mal.

http://nicolasfurno.com/files/planc/30.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/35.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/40.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/45.png

http://nicolasfurno.com/files/planc/50.png Indispensable !

Le film d'Octobre

affiche drive

Dans l'actu

Bientôt au cinéma :

affiche contagion affiche l'ordre et la morale affiche take shelter

 

Récemment sortis :

affiche les géants affiche les marches du pouvoir affiche l'exercice de l'état affiche intouchables affiche poulet aux prunes affiche la couleur des sentiments affiche tintin affiche the artist affiche drive affiche le skylab affiche dream house affiche les hommes libres affiche alice affiche l'apollonide affiche la nouvelle guerre des boutons affiche restless affiche la guerre des boutons affiche crazy stupid love affiche warrior affiche carré blanc affiche présumé coupable affiche putty hill affiche la grotte des rêves perdus affiche la guerre est déclarée affiche blackthorn affiche cowboys & envahisseurs affiche la piel que habito affiche captain america affiche melancholia affiche la planète des singes les origines affiche mes meilleures amies affiche green lantern affiche super 8 affiche une vie tranquille